La persévérance racontée par Patrice Bernier à l’école Saint-Marcel

18 novembre 2022

L’école Saint-Marcel a eu le privilège de recevoir l’ancien capitaine de l'Impact de Montréal (CF Montréal), Patrice Bernier, le 9 novembre dernier. Ce moment a été possible puisque Bernier fait partie de l'équipe d’ambassadeurs de l’esprit sportif mise sur pied par le gouvernement du Québec, en étroite collaboration avec l’organisme Sport’Aide. C’est d’ailleurs la deuxième fois en quatre ans que l’école Saint-Marcel reçoit cet ambassadeur de choix.  

Ce type de rencontre est toujours fort appréciée par les élèves. Bien que Bernier se soit retiré du soccer professionnel en 2017, il n’en demeure pas moins un véritable modèle aux yeux des jeunes.  

Une histoire aux valeurs positives  

Le milieu de terrain suscite en effet beaucoup d’intérêt en racontant son histoire aux jeunes rassemblés dans le gymnase pour l’occasion. Tout a débuté lorsque ses parents l'ont inscrit au soccer afin qu’il puisse canaliser son énergie de garçon hyperactif âgé alors de 4 ans. C’est toutefois trois ans plus tard, en 1986, en regardant l’équipe du Canada participer à la coupe du monde pour la première fois (la deuxième fois étant cette année!) de son histoire, que Patrice tombe réellement en amour avec ce sport.  

À partir de ce moment, il a développé une véritable passion pour le soccer; il était même abonné à tous les grands magazines européens traitant de ce sport. “Je me souviens d’ailleurs d’un article sur Zinedine Zidane qui parlait d’éthique de travail et de nutrition. Il m'avait tellement inspiré! Je me suis mis à travailler encore plus fort et j’ai aussi commencé à mieux me nourrir.”, se remémore celui qui fut choisi joueur professionnel par excellence par la Fédération de soccer du Québec à huit reprises.  

Persévérance, quand tu nous tiens! 

Patrice a particulièrement insisté sur la persévérance lors de la rencontre. Son image préférée pour en parler est celle d’un iceberg, car “on ne voit que la petite surface d’un iceberg, on ne voit pas la partie la plus importante qui est en dessous.”, précise-t-il. Son analogie est la même pour la carrière d’un joueur professionnel: on voit ses succès et ses accomplissements, mais on ne voit pas tous les efforts et le travail qui est derrière.  

Des défis, des difficultés et des échecs, tous les athlètes en ont avant d’atteindre le sommet. À ce sujet, il a mentionné qu’une blessure à la jambe l’a déjà empêché de jouer pendant neuf mois; les médecins lui avaient même mentionné qu’il ne serait probablement plus capable de jouer au soccer à un haut niveau. À la centaine d’élèves abasourdis devant lui, il ajoute cependant qu’il a persévéré sans se décourager et qu'il a pu effectuer un retour remarqué par la suite afin de poursuivre son rêve!  

Une rencontre stimulante!  

En teintant continuellement son témoignage par ce genre de valeurs positives dans le cadre de ces visites auprès des jeunes, il espère les faire réfléchir sur la pratique saine et plaisante des loisirs et des sports. À voir les regards admiratifs et intéressés des élèves de Saint-Marcel tout au long de cette rencontre, il n’est pas faux de prétendre que ses propos feront certainement leur bout de chemin... 


Catherine Brault et Amélie Yergeau, respectivement directrice et directrice adjointe de l'école Saint-Marcel, accompagnées de Patrice Bernier.


Catherine Brault, directrice, Carl Provost, enseignant d'éducation physique, Patrice Bernier, Laïd Ouazine, enseignant d'éducation physique et Amélie Yergeau, directrice adjointe.