Ergothérapie et graphomotricité à l’école Félix-Leclerc

7 janvier 2022

 

En 2020, l’équipe de l’école Félix-Leclerc à Pointe-aux-Trembles a lancé GRAPHO, un projet qui vise à favoriser la réussite scolaire en améliorant le processus d’apprentissage de l’écriture, de la maternelle à la 2e année. 

« Grâce à la formidable implication de nos deux ergothérapeutes, nous avons pu bâtir un projet adapté aux besoins de notre milieu, avec les huit8 enseignantes du préscolaire et du 1er cycle », souligne Étienne Soucy, directeur de l’école.  

C’est quoi la graphomotricité? 

La graphomotricité est le geste d’écriture, soit l’une des premières choses que les tout-petits apprennent en arrivant à l’école. Il s’agit d’une fondation qui leur servira tout au long de leur parcours scolaire et de leur vie. Or, si l’élève doit déployer tous ses efforts pour tracer des lettres lisibles, il ne peut se concentrer sur le contenu de ce qu’il écrit.  

C’est pourquoi Stéphanie Busque et Chloé Joli-Cœur, les deux ergothérapeutes qui accompagnent l’équipe-école et les élèves de Félix-Leclerc, ont proposé de mettre en place ABC Boum +, une approche d’enseignement de la graphomotricité qui vise à favoriser l’automatisation de l’écriture.  

« Dans cette approche, on enseigne la graphomotricité de manière ludique, mais surtout, on se pratique souvent et de manière fonctionnelle pour que ce qui est pratiqué soit transféré facilement dans l’activité d’écriture en classe », mentionne Mme Joli-Cœur.  

On propose ainsi un continuum d’enseignement, de la maternelle à la 2e année, avec une évolution cohérente de l’apprentissage d’année en année. Grâce au transfert de connaissances et à un échange constructif, les huits8 enseignantes ont pu mettre en place de nombreuses activités simples et ludiques pour travailler la graphomotricité en atelier ou lors de courtes missions du matin, en plus de coins d’exploration multisensorielle pour les élèves du préscolaire. 

« Les enseignantes sont maintenant en mesure d’appliquer les nouvelles pratiques de façon autonome, alors le projet continuera à porter fruits année après année, même si nous n’intervenons plus directement », souligne Mme Busque.

  

Un impact positif pour les élèves et les enseignantes 

Afin de déterminer l’impact du projet, on a mesuré les compétences des enfants avant, pendant et après les interventions.  

On a ainsi remarqué que les élèves ont maintenant une plus grande confiance en leurs capacités et que leur écriture est significativement plus lisible. Conséquemment, si l'on en croit les données probantes, on peut penser que dans le futur, les élèves écriront aussi plus rapidement et feront moins de fautes d’orthographes, en plus d’obtenir de meilleurs résultats lors des productions écrites. 

En plus de constater les progrès de leurs élèves en classe, les enseignantes ont trouvé ce projet de transfert de connaissances particulièrement stimulant et valorisant. « Nous avons vraiment apprécié le soutien des ergothérapeutes. Elles étaient motivantes, bienveillantes, à l’écoute de nos besoins et de notre réalité. Nous nous sentons maintenant compétentes pour poursuivre cette approche dans le futur, pour le plus grand bénéfice de nos élèves », témoigne une des enseignantes.  

Félicitations à toute l’équipe-école pour ce projet innovateur! 


Émilie Comtois, Sylvie Gamache, et Julie Ferland, enseignantes.


Véronique Poisson, enseignante et Chloé Joli-Coeur, ergothérapeute.


Danielle Guay, enseignante.


Étienne Soucy, directeur de l'école Félix-Leclerc.