Démystifier la vaccination

25 août 2021

 
Photo (de gauche à droite) : Dr François Marquis, chef de service des soins intensifs de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, M. Antoine El-Khoury, directeur général, CSSPI; M. Richard Gilbert, directeur, école secondaire d'Anjou et M. Sylvain Lemieux, président-directeur général, CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal.

Le 24 août dernier, le président-directeur général du CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal, le chef de service des soins intensifs de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont Dr François Marquis et le directeur général du CSSPI ont rencontré le personnel des écoles secondaires d'Anjou et Antoine-de-Saint-Exupéry.

Alors qu'une 4e vague de COVID-19 frappe le Québec, l'événement avait pour objectif d'outiller les enseignants afin qu'ils puissent répondre aux questions entourant la vaccination, démystifier certaines craintes et rassurer les élèves et leurs parents.

On espère ainsi encourager les élèves à se faire vacciner et améliorer la couverture vaccinale des écoles secondaires de la Pointe-de-l'Île.

Vaccin, variant et mesures sanitaires

Le docteur Marquis a d’abord rappelé que le variant Delta cause des symptômes plus sévères chez les jeunes, alors que c’était très rare avec la première souche de la COVID-19. « C’est comme une mise à jour du logiciel : on sait qu’il va supplanter toutes les autres versions précédentes ».

« Le vaccin protège à 95 % des complications sévères, des hospitalisations et des décès. Toutefois, si vous êtes doublement vacciné, vous pouvez tout de même attraper la COVID et être contagieux. C’est pourquoi il faut continuer à se faire tester si on a des symptômes, à pratiquer la distanciation sociale, à porter le masque et à se laver les mains ».


Le Dr François Marquis, chef de service des soins intensifs de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Mythes démystifiés

Durant sa présentation, le Dr Marquis a déboulonné de nombreux mythes qui circulent encore concernant le vaccin. Voici quelques-unes de ses réponses.

Est-ce que le gouvernement implante une puce électronique5G avec le vaccin?  

« Évidemment, il n’y a pas d’implantation d’une puce électronique avec le vaccin. Ma réception du 5G s’est bien améliorée après mes deux doses, mais c’est parce qu’on a installé une nouvelle antenne près de l’hôpital Maisonneuve! »

Est-ce que le vaccin nous donne une petite dose du virus?

« Non. Aujourd'hui, on n’injecte plus un virus vivant affaibli comme autrefois. Le vaccin à ARN messager permet plutôt à notre corps de faire ses propres copies du virus et de les combattre ».

Est-ce qu’on peut attraper la COVID en se faisant vacciner?

« La réponse est non, non, non et non ».

Est-ce que je vais avoir beaucoup d’effets secondaires après le vaccin?

« C’est un des vaccins ayant le moins d’effets secondaires. Les réactions allergiques sont excessivement rares ».

Est-ce que le vaccin peut nuire à la virilité masculine?

« Il n’y a aucun danger d’infertilité avec le vaccin et ce n’est pas une mesure de prévention des grossesses non plus! »

Les jeunes n’ont pas à se faire vacciner parce qu’aucun jeune ne meurt de la COVID!

« C’est vrai que les décès de jeunes sont très rares. Mais on peut avoir des séquelles à long terme : perte de mémoire, grande fatigue, souffle court. Le virus peut donc avoir des conséquences sur la vie des jeunes, leurs apprentissages, leur capacité à faire des sports ou d’autres activités.

De plus, les jeunes doivent se faire vacciner pour protéger leurs parents et amis de complications ou leur éviter une maladie qui pourrait les empêcher de travailler et de subvenir aux besoins de leur famille ».

Le vaccin ne sert à rien parce que des personnes doublement vaccinées attrapent la COVID et sont hospitalisées!

« Les personnes vaccinées ne sont pas toutes pareilles. Celles qui ont des complications sont souvent déjà malades ou affaiblies, comme des greffés rénaux qui prennent des immunosuppresseurs ».

Est-ce que nous pouvons avoir des complications dans cinq ou dix ans à cause du vaccin?

« S'il y a des complications, elles arrivent généralement dans les jours suivant la vaccination. Au cours des derniers mois, des milliards de doses ont été administrées à des personnes de toutes les nationalités et de différentes conditions physiques. Les problèmes seraient donc déjà connus s’il y en avait. Est-ce que nous pouvons en être certains à 100 % ? Non, mais nous ne sommes pas certains non plus qu’une météorite ne frappera pas la Terre dans cinq ans! Il faut relativiser notre peur ».

Le Dr Marquis a terminé sa présentation en invitant les membres du personnel à lui transmettre les questions intéressantes des jeunes via leur direction et s’engage à leur répondre!

« Un grand merci à Dr Marquis et M. Lemieux pour leur présence et la qualité de leur présentation. Le Dr Marquis est un excellent vulgarisateur et s’il souhaite se réorienter un jour, nous serions heureux de l’avoir comme enseignant! », a souligné à la blague M. El-Khoury.


M. Antoine El-Khoury, directeur général, CSSPI.


Photo (de gauche à droite) : Dr François Marquis, chef de service des soins intensifs de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, M. Sylvain Lemieux, président-directeur général, CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal, Mme Geneviève Dandurand, directrice de l'école secondaire Antoine-de-Saint-Exupéry et M. Antoine El-Khoury, directeur général, CSSPI.