Conseiller pédagogique : un accompagnement de proximité pour les enseignants

2 mai 2022

Emmanuel Auclair est né à Montréal-Nord. Il a fait son primaire à l’école Saint-Vincent-Marie, puis son secondaire à Calixa-Lavallée.

Quand il a choisi d'enseigner les mathématiques, il a tout de suite rêvé de revenir à la Pointe-de-l'Île pour redonner à ce milieu où il avait grandi.

Après avoir enseigné dans différentes écoles du CSSPI, il poursuit aujourd’hui cette mission à titre de conseiller pédagogique en mathématiques au secondaire.

Pourquoi souhaitiez-vous enseigner à la Pointe-de-l'Île?

J’ai grandi à Montréal-Nord, je connais le milieu, les gens, la diversité et les défis de la Pointe-de-l'Île. Très vite dans mes études en enseignement, j’ai su que je voulais venir enseigner aux jeunes de mon quartier.

J’ai toujours aimé les mathématiques, alors à la fin du secondaire, je me suis inscrit à la Polytechnique, puis à HEC Montréal. J’aimais les cours, mais je ne ressentais pas d’appartenance pour ces milieux, je ne me voyais pas poursuivre dans cette voie. Ce que je voulais, c’était faire une différence, aider les gens.

Inspiré par ma conjointe qui étudiait en enseignement, j’ai réalisé que cette carrière m’offrait la possibilité de vivre le meilleur des deux mondes : math au quotidien et implication sociale!

J’ai fait un stage et un contrat au CSSPI durant mes études et j’ai été témoin de l’impact que peut avoir un enseignant. Dès la fin de mon bac, je suis retourné à Calixa-Lavallée, en tant qu’enseignant cette fois. J’ai alors pu voir l’envers du décor, travailler avec mes anciens enseignants, m’impliquer avec les jeunes et les voir cheminer avec fierté.

Qu’est-ce qui vous a poussé à faire le saut vers le métier de conseiller pédagogique?

Après quelques années partagées entre trois écoles du CSS, un remplacement à titre conseiller pédagogique (CP) en mathématiques a été affiché. Je n’étais pas certain d’être prêt pour ce changement, mais je n’avais pas encore de poste permanent en enseignement et les conditions étaient intéressantes, alors je me suis dit “Pourquoi pas!”

J’ai donc tenté ma chance sans me mettre de pression et j’ai fait l’entrevue en étant totalement moi-même. Quelques jours plus tard, on m’a invité à rejoindre l’équipe des CP.

J’ai beaucoup appris, j’ai bénéficié de différentes formations et assez rapidement, un poste permanent a été affiché. Je n’avais pas prévu ce parcours, mais j’ai saisi l’opportunité et je suis CP depuis ce jour.

Quel est votre rôle à titre de conseiller pédagogique?  

Les CP soutiennent les enseignants, notamment en faisant le pont entre la réalité du terrain et les nouvelles connaissances et innovations découlant de la recherche en éducation. 

Au CSSPI, j'ai la chance de pouvoir faire de l’accompagnement de proximité, de rencontrer régulièrement les enseignants et de collaborer avec leur direction et l’équipe des CP. On travaille ensemble pour déterminer les objectifs de l’année, pour trouver comment adresser les difficultés des élèves vis-à-vis une certaine notion ou pour intégrer une méthode qui réponde à leurs besoins. 

Je donne aussi des ateliers en équipe pour présenter les nouvelles techniques proposées par le milieu de la recherche et on détermine ensuite ensemble si cette nouvelle méthode pourrait répondre à leurs objectifs.  

Parfois, un prof me demande aussi une rencontre pour discuter d’une situation particulière qu’il vit en classe. Cette rencontre lui permet de prendre du recul, d'aborder la situation sous un angle différent et de prendre un temps de réflexion nécessaire pour faire le point et mieux repartir ensuite.  

 Mon travail est différent tous les jours et c’est ce qui est stimulant! 


Daniel Guernon, CP généraliste, Emmanuel Auclair, CP en mathématique, Youcef Kerboua, enseignant de mathématique en 2e secondaire et Nadia Mohand-Saïd, enseignante de mathématique en 2e secondaire et enseignante ressource.

Qu’est-ce que qui vous motive dans votre travail?

J’aime particulièrement partager les bons coups réalisés dans un milieu avec les autres écoles, faire circuler les idées pour inspirer les autres équipes. J’aime amener les gens à travailler ensemble, à échanger, à profiter des forces de chacun pour aller plus loin.

Je suis là pour soutenir les enseignants et jouer le rôle de facilitateur à différents niveaux. Je peux aller en classe pour coanimer ou observer et voir comment ils fonctionnent, puis les aider à cibler leurs forces et les guider pour leur permettre d’optimiser leur enseignement. À tout cela s’ajoutent la création de tâches et d’activités ainsi que l’intégration du numérique.

J’aime aussi les aider à faire aimer les maths à leurs élèves. On entend souvent des gens qui disent “Je ne suis pas bon en math ”ou “C’est trop abstrait pour la vie de tous les jours” et ça peut être difficile pour un prof de renverser ces préjugés. Alors je les invite à motiver les élèves avec des activités différentes, des mises en situations concrètes, pour leur montrer tout l’intérêt des maths et le plaisir qu’on peut en tirer.

Finalement, l’équipe des conseillers pédagogiques du CSSPI est fantastique. Ce sont tous des gens dynamiques, proactifs, avec des expériences et des expertises très variées. Ensemble, on développe des solutions, on mobilise les équipes, toujours dans le but de répondre aux besoins des enseignants sur le terrain, de les aider dans leur classe.


Emmanuel Auclair, CP en mathématique au secondaire et Daniel Guernon, CP généraliste.